Single Blog Title

This is a single blog caption
26
Fév

Economie circulaire – Cap sur l’upcycling – Environnement Magazine

Economie circulaire- Cap sur l’upcycling

Christine Guinebretière a plongé dans le Cradle to Cradle en 2007 avec la création de l’agence Integral Vision, puis d’EPEA Paris en 2011. Elle organise le premier forum dédié à cette vision globale du cycle des matières le 13 avril à Paris. Trente entreprises y présenteront leur démarche, et environ 300 personnes sont attendues.

Vous organisez votre premier forum dédié à l’upcycling en France. Pourquoi maintenant ? Quelle est la différence avec l’économie circulaire ?

C’est vrai qu’on entend beaucoup parler d’économie circulaire, et tant mieux ! Mais on voit souvent l’économie circulaire comme une méthode qui vise à réduire les impacts sur l’environnement en recyclant les déchets et en réduisant les impacts sur les ressources en général, comme l’eau ou l’énergie. Le Cradle to Cradle (CtoC), le berceau de l’économie circulaire, est quant à lui, une méthode d’écoconception qui permet  d’avoir un impact positif sur l’environnement et la santé.Cela passe notamment par l’upcycling, qu’on pourrait traduire par « sur-cyclage », car on peut faire mieux que recycler la matière.

C’est un phénomène connu : pendant le processus de recyclage, les matières de différentes origines sont mélangées, et perdent leurs propriétés initiales. Or, nous voulons « surcycler » la matière, c’est-à-dire conserver toutes les caractéristiques des matériaux pour les réutiliser à l’identique, que ce soit dans une boucle fermée ou ouverte.

Comment ?

Nous travaillons sur deux grands axes. D’une part, la chimie des matériaux, pour contrôler que tout ce qui entre dans la composition d’un produit est recyclable et sain pour l’usage prévu. Et d’autre part, la séparation des cycles biologiques et techniques. Dans le cas du cycle biologique, nous nous assurons que toutes les matières soient saines, compostables ou biodégradables pour ne pas polluer le cycle de la matière organique. Pour une boucle technique, nous contrôlons que toutes les substances employées soient de plus en plus saines et recyclables, et aidons à la mise en place du flux retour de la matière.

La certification est progressive et permet à l’entreprise d’améliorer la qualité de ses produits dans le temps.Avec de telles exigences, il ne doit pas y avoir beaucoup de produits certifiés CtoC…Plus de 3 000 produits sont déjà certifiés CtoC dans le monde ! Notamment les moquettes de Desso et de Tarkett, le mobilier de bureau d’Ahrend, ou encore les produits ménagers Rainett ou Green Care Professional de Werner & Mertz.

Le CtoC vise uniquement les produits manufacturés ?

Pas seulement ! En Europe, c’est le secteur de la construction qui a adopté le plus rapidement cette démarche, notamment les Pays-Bas, le Danemark, l’Allemagne…Et en France ?La France n’est pas en retard, loin de là. Le premier immeuble CtoC vient d’être livré – mais pas encore certifié. C’est la Maison du Projet, à Wattrelos, sur le site de la Lainière dans le Nord. Ce bâtiment a été pensé en optimisant les quantités de matériaux utilisés par rapport à son usage. Démontable, flexible, il a été conçu pour être multi-usages y compris pour être déplacé ou re-bâti en une forme différente et ne laisser aucune trace en fin de vie. Il ne comporte aucun élément en PVC ni matériau toxique, même dans le bois de bardage. Par ailleurs, nous sommes assistant à la maitrise d’ouvrage de la région Bretagne pour huit projets d’économie circulaire, et d’autres projets sont en cours.

Comment inciter les acteurs économiques et publics à adopter le CtoC ?

Notre équipe de scientifiques et d’ingénieurs dispose d’une méthodologie éprouvée depuis la fin des années 80 et d’outils toujours plus performants pour aider les acteurs économiques publics et privés à déployer l’économie circulaire CtoC dans leurs démarches. Nous accompagnons les territoires et les entreprises dans leurs réflexions puis dans la mise en œuvre et la mesure des résultats, et jusqu’à la certification de produits pour les entreprises qui le souhaitent.Pour en savoir plus :En savoir plus sur l’Upcycle forumAlbane CantoLégende de l’illustration : Christine Guinebretière, directrice d’EPEA Paris, organise le premier forum dédié à l’Upcycling le 13 avril à Paris.Crédits de l’illustration : EPEA Paris

Source : Economie circulaire – Cap sur l’upcycling – Environnement Magazine

Leave a Reply